combat-de-grappling

Tout Savoir sur le Grappling


Le Grappling est un des sports dont la popularité a explosé au cours des dernières années.

Popularité en partie acquise grâce aux combats de MMA, où les plus grands champions se sont affrontés dans un octogone.

Voyons ensemble les particularités de ce sport très technique.

Qu’est-ce que le Grappling ?

Le Grappling représente l’ensemble des disciplines sportives liées au sol.

Il consiste à s’affronter à mains nues, dans le but d’avoir le contrôle sur son adversaire et, si possible, de le soumettre.

Il diffère du JJB dans ses techniques, mais aussi dans son équipement.

En effet, pas question ici de porter un kimono.

La plupart des lutteurs portent des vêtements collés à la peau ou sont parfois torse nu, le but étant de ne pas s’aider du tissu pour soumettre son adversaire.

tenue-grappling

Ce sont donc surtout des techniques mettant l’accent sur les leviers biomécaniques, couplés à de la force.

On retrouve donc des luxations, étranglements et des compressions.

Par exemple, le fait de faire une clé de bras, comme une Kimura, est une technique typique de lutte.
On la retrouve évidemment en JJB.

Le Grappling s’inspire d’ailleurs du JJB, comme plusieurs autres formes de combat au sol (comme la lutte gréco-romaine) afin de former un système propre à cette discipline.

Enfin, on peut préciser que la lutte est globalement plus centrée sur la mise au sol que le jjb.
Donc qui encourage à pratiquer les takedowns.

D’ailleurs, beaucoup de combattants en JJB s’assoient au sol dès le début du combat, ce qui dénature un peu la nature de ce sport.

En tous les cas, comme dans tous les arts martiaux, la vitesse d’exécution est très appréciée.

Mais elle interviendra après un certain degré de maitrise technique.

Le Grappling est-il un sport de combat ou un art martial ?

Clairement un sport de combat.

Le but du grappling est de neutraliser l’adversaire au sol en lui brisant un membre pour réduire sa capacité de combat, ou encore de l’endormir avec un étranglement.

Bien évidemment, à l’entrainement, les mouvements seront maitrisés, pour ne pas aller au bout de l’étranglement, ou de la luxation du membre.

Bref, c’est un sport de combat extrêmement efficace.

Les avantages du Grappling

En comparaison avec les sports de pieds-poings, un bon lutteur dans une cage est redoutable.

Il suffira à un lutteur expérimenté d’amener un kickboxeur au sol pour le maitriser sans peine.

Et sachant que les purs boxeurs pieds-poings ne savent pas défendre au sol, c’est du pain béni pour les lutteurs.

Donc, en termes d’efficacité, la lutte est supérieure aux sports de percussion.
Car seul le KO pourra stopper net un lutteur.

ko-boxe

En dehors de ce coup fatal, le lutteur peut pratiquer son art sans sourciller.

En comparaison avec le JJB, la lutte met en avant la préhension sur le corps, cette capacité à saisir les membres de l’adversaire, sans jamais toucher à son tissu.

Cela va avoir pour conséquence de s’adapter à tout type de gabarit, sans tenir compte de sa tenue.
On est donc plus proche d’une situation réelle, où les deux protagonistes ne porteront pas un kimono épais, lors d’une agression par exemple.

Les limitations du Grappling

Un lutteur est, par définition, exposé aux frappes. Et donc au KO.

De là se révèle son vrai point faible.

En effet, le vrai problème du grappling, c’est qu’il est extrêmement efficace en 1 vs 1, mais beaucoup moins face à plusieurs adversaires.

Alors que les sports de contact peuvent vous permettre de vous protéger et d’infliger des dégâts à plusieurs adversaires, le grappling se concentre sur une cible à la fois, avant de passer à la suivante.

Laissant tout le temps nécessaire à vos adversaires pour s’occuper de vous.

Donc maitriser quelques techniques de défense de coups est primordial dans ce cadre.

La garde en grappling

garde

Lorsqu’on parle de garde en grappling, on parle d’une position spécifique au sol (comme la garde fermée ou la garde ouverte).

Cependant, en position debout, on ne parle jamais vraiment de garde.

En effet, cela dépend de chaque lutteur:

  • Certains gardent les mains sur leurs pectoraux
  • D’autres bougent beaucoup les mains pour faire des tentatives de saisies et des feintes
  • D’autres conservent la garde d’un boxeur anglais

Libre à vous de tester les positions de vos bras lors de chaque sparring.

L’entrainement en grappling

Échauffement

Il dure en général 15-20 minutes.

L’idée est de faire un peu de jogging, agrémenté de mouvements explosifs, comme des burpees, des squats sautés ou des pas chassés.

Exercices de mobilités

Vient ensuite les exercices de mobilités, qui peuvent être précédés d’exercices d’étirements.

Ces exercices sont constitués de roulades avant, de roulades arrière, de la marche en canard, de chutes, ou encore marcher avec son collègue sur le dos.

Cela permet de travailler sa force et sa condition physique.

Vient ensuite l’apprentissage des techniques

Le coach vous montrera alors une technique, plus ou moins avancé, qui servira de fil rouge tout au long du cours.

Il peut par exemple vous montrer la kimura, puis vous montrer ensuite des variantes de celle-ci, avant de de vous montrer les défenses de kimura.

Cela dépend du coach, mais globalement, pour faciliter l’intégration des techniques de lutte, les coachs ont tendance à travailler un seul thème par séance.

Vous progresserez progressivement en allant régulièrement à l’entrainement, maitrisant de plus en plus de techniques.

Les Sparrings

Ce sont les combats d’entrainements.

Il arrive que les sparring soient thématisés, en fonction de la technique apprise précédemment.

C’est la partie la plus fun, mais aussi la plus énergivore de la séance.

En général, les sparrings durent jusqu’à la fin de la séance.

N’hésitez pas à solliciter les conseils des plus expérimentés pendant les combats.
Quitte à interrompre votre propre sparring.
Cela vous permet d’avoir un feedback en temps réel et de vous améliorer.

Exercices supplémentaires

Certaines séances peuvent faire un focus sur la condition physique, en travaillant la force (le grip notamment), l’explosivité, l’endurance ou l’agilité.

Vu qu’une séance dure rarement plus de 2h30, c’est au coach de décider si oui ou non, il est pertinent pour ses élèves d’ajouter tel ou tel exercice, sans que la séance ne s’éternise.

Le but final étant de faire progresser chaque élève, pour en faire des lutteurs complets.

Qui sont les plus grands Grapplers ?

Alexander Kareline

alexander-kareline

Multiple médaillé d’or aux Jeux Olympiques, aux championnats du monde et d’Europe en grappling

Une brute de 1m93 pour 130 kilos : voilà comment on pourrait décrire Alexander Kareline.

Surnommé « L’ours russe » en raison de son gabarit et de sa nationalité, il est largement considéré comme l’un des plus grands lutteurs de tous les temps.

Il a notamment inventé une technique de suplex, baptisé Karelin Lift, reposant sur la force et la rotation des hanches.

Sachant qu’il combattait en plus de 100 kilos, il parvenait sans grande difficulté à soulever ses adversaires pour renverser le combat.

Un homme surpuissant.

Randy Couture

randy-couture

30 Combats, 19 Victoires, 11 défaites

Avec un bon niveau en striking, Randy Couture était très connu pour sa lutte.

Il avait pour habitude d’emmener ses adversaires au sol, de préférence contre la cage puis de les terminer par une soumission, ou en ground and pound.

Les adversaires, acculés, manquaient d’espace et avaient du mal à réagir.
Sous les coups, beaucoup ne comprenaient pas ce qu’il se passait.

Il finissait souvent ses combats sur arrêt de l’arbitre ou par soumission.

Brutal et efficace, il est parmi les meilleurs dans ce style.

Khabib Nurmagomedov

khabib-nurmagomedov

29 Combats, 29 Victoires

Un palmarès parfait.

S’entrainant dès son plus jeune âge, il a dédié sa vie à la lutte.

Il a appris dans un 2ème temps la pratique du pieds-poings, afin de participer aux tournois de MMA, pour rejoindre l’UFC en 2012.

Sa stratégie est de saisir chaque opportunité de combat pour amener son adversaire au sol.

Une fois cet objectif atteint, Khabib est dans son élément : son adversaire est pris dans sa toile.

Il ne lui reste plus qu’à le laisser s’exprimer, pour soumettre son adversaire ou le terminer en ground and pound.

Le Grappling dans le MMA

La démonstration de l’efficacité du grappling dans le MMA remonte aux années 90, lorsque Royce Gracie participa aux compétitions de l’UFC.

royce-gracie

Il a en effet montré la domination des techniques du JJB en soumettant un par un tous les plus grands champions de striking.  

Après quelques combats, tous ont compris l’importance capitale de maitriser le sol dans un combat en 1 vs1.

Comme dit plus haut, la lutte est supérieure aux sports de percussion, car seul le KO pourra stopper net un lutteur.

Avoir une base solide en grappling reste donc le meilleur avantage à avoir avant de commencer le MMA.

Bien évidemment, il faudra par la suite adopter les postures et les défenses du grappling au MMA.

Se faire frapper au sol est déstabilisant pour les adeptes du JJB et de la lutte.

Il faut donc s’entrainer à prendre des coups au sol, mais surtout à se défendre autrement, à placer ses mains au bon endroit et à garder la tête froide lorsque l’adversaire envoie des coups à pleine puissance dans la tête.

Car oui, il y a toujours une solution pour se sortir d’une position désavantageuse.

Mais encore faut-il avoir le recul nécessaire pour l’envisager.

On voit trop de combat de MMA où la personne qui subit des coups ne pense pas à ponter, à réduire l’espace, afin de se protéger efficacement.

Trop souvent dans les combats de MMA, on voit des combattants avec un passif de lutteur qui oublient leurs panoplies de coups, sous l’effet du stress.

Mais fort heureusement, c’est un défaut que l’on peut corriger assez simplement à l’entrainement, en travaillant sur la défense et la gestion mentale.

Autre point important : si être bon en MMA est l’objectif final, alors il n’est pas obligatoire de s’intéresser au grappling.

Le Jiu-Jitsu Brésilien, la lutte gréco-romaine et le Judo sont d’excellents sports de préhension également.

Publications similaires